Louis Bourdon photographies

Per jakez Hélias

  Pierre Jakez HÉLIAS

Homme de Lettres; Président de la Commission Nationale de Folklore de Langue Bretonne à la ligue de l'Enseignement. , Rédacteur en chef de l'hebdomadaire Vent d'Ouest. , Distinction à l'Ordre de l'Hermine à Quimper en 1991.

  • Né le 17 février 1914 (mardi) - Pouldreuzic, 29, Finistère, Bretagne, France
  • Décédé le 13 août 1995 (dimanche) - Quimper, 29, Finistère, Bretagne, France , à l’âge de 81 ans
  • Journaliste, Ecrivain, Professeur, Folkloriste.

 Parents

  • Pierre Alain HELIAS 1889-1975 à Kerveillant - Plozévet
  • Marie Jeanne LE GOFF 1891-1973

 Union(s)

  • louis bourdon généalogieMarié le 8 avril 1939 (samedi), Rennes (35), avec Madeleine Thérèse Camille Pierrette PETITJOUAN

  Biographie

Per-Kakez Hélias

Pierre-Jakez Hélias est issu d’une famille de paysans pauvres du Pays Bigouden. Après leur mariage3, son père, Pierre-Alain Hélias4, de Plozévet, et sa mère, Marie-Jeanne Le Goff5, de Pouldreuzic, se sont installés à Pouldreuzic, dans la maison du grand-père maternel, Alain Le Goff (mort en 1934), cantonnier, qui joue un rôle important dans l'éducation de son petit-fils. Son autre grand-père, Alain Hélias (mort en 1931), sabotier, est moins présent, mais a aussi une influence car il est un « conteur merveilleux » ; à quinze ans, Pierre-Jakez transcrit (en breton) plusieurs de ces contes.

Pierre-Jakez passe son enfance dans un milieu bretonnant : le français, langue de l’école et de l’état civil, n’est pas utilisé dans la vie courante. Il ne commence à l’apprendre qu'en entrant à l'école primaire (publique) ; sans renier sa langue maternelle, il se prend d'affection pour cette nouvelle langue. Dans sa famille, le français est tout de même connu de ses grands-pères (Alain Le Goff a fait son service militaire à Kairouan) et de ses parents : son père a fait son service militaire (à Vannes, au 35° d'artillerie), puis la guerre pendant quatre ans ; sa mère le connaît assez pour écrire des lettres en français. Il a aussi des oncles qui vivent à Rennes et à Paris (Pierre-Jakez fait un séjour à Paris chez l'un d'eux en 1926, et un autre en 1929), dont certains mariés à des non bretonnantes.

Avant son mariage, Pierre-Alain Hélias était un « grand valet » (mevel braz), un second d'exploitation en fait ; après la guerre, durant laquelle il a appris à conduire les poids lourds, il devient bûcheron et conducteur à la scierie du village, plus ou moins contremaître de l'entreprise. Sur le plan politique, il fait partie du clan des « rouges », c'est-à-dire des républicains radicaux qui soutiennent le député Albert Le Bail. Cela n'empêche pas Pierre-Jakez de recevoir l'instruction religieuse habituelle.
Il a d'excellents résultats scolaires et, en 1925, est reçu au concours des bourses de lycée : il part faire ses études secondaires comme interne au lycée La Tour d'Auvergne de Quimper9 . En cinquième, vu ses résultats, il est réorienté de section moderne en section classique, mais dispensé de grec. Il passe le baccalauréat (Philosophie) en 1932.
Après le baccalauréat, il envisage d'entrer dans la vie active, mais à l'instigation d'un professeur, il part en classe préparatoire à l'ENS (Première supérieure) au lycée de Rennes (actuel lycée Émile-Zola), où il a pour condisciples Paul Ricœur et Pierre Hervé. Il choisit de faire lettres classiques et commence donc l'étude du grec ; c'est aussi à cette époque qu'il prend contact avec Pierre Le Roux, titulaire de la chaire de Celtique à Rennes et François Vallée, auteur d'un dictionnaire breton-français.

N'ayant pas envisagé d'accéder à l'ENS, il poursuit ses études supérieures à la faculté des lettres de l'université de Rennes, tout en étant surveillant d'internat, à partir de novembre 1934, d'abord au lycée de Pontivy, puis de Quimper (février 1935), puis de Saint-Brieuc (décembre 1935). Durant cette période, il rencontre notamment Max Jacob à Quimper et Louis Guilloux à Saint-Brieuc. Il retrouve Rennes en 1936 et obtient sa licence, puis fait un diplôme17 (1938). Parallèlement à ses études, il est président de la Corporation des étudiants en Lettres et a une action syndicale en direction des surveillants d'internat, rédigeant une feuille d'information L'Avant-garde universitaire18 ; il s'intéresse aussi au théâtre. En août 1937, par l'intermédiaire d'Albert Le Bail, il rencontre Jean Zay venu inaugurer un monument à Plozévet ; par la suite, Jean Zay le recommande à Léo Lagrange comme auteur de textes pour les Auberges de Jeunesse. Pierre-Jakez collabore un moment à la revue Viens avec nous et dirige des auberges (à Paramé, puis en forêt de Brocéliande).

  Arbres généalogiques

Arbre Bourdon/Claquin/Hélias

Allain Hélias est l'arrière grand-père commun de Pierre-Jakez Hélias et de ma mère Anne-Marie Claquin

  Photos & Documents

Per-Jakez Hélias
Le Cheval d'Orgueil
Hommage de la ville de Quimper

 Aperçu de l'arbre

Alain Jean Marie HÉLIAS 1862-1931   Catherine GOURRET   Alain Le GOFF 1858-1934   Marguerite JOLIVET 1864-1902
| | | |






| |
Pierre Alain HÉLIAS 1889-   Marie Jeanne Le GOFF 1891-1973
| |



|
Pierre Jakez HÉLIAS, Homme de Lettres; Président de la Commission Nationale de Folklore de Langue Bretonne à la ligue de l'Enseignement. 1914-1995